Accueil > Spectacles > Ballets > William Forsythe / Ballet Royal de Flandre "Impressing the Czar"

William Forsythe / Ballet Royal de Flandre "Impressing the Czar"

Du 6 au 10 décembre 2011 à 20h30


"Impressing the Czar" fait ressurgir la magnificence du style impérial russe sous de grands ornements dorés, donne un cours magistral burlesque et ironique sur l’histoire du ballet russe, rend un hommage magnifique à Balanchine qui a donné à la danse classique ses lettres de modernité.

En voyant Artifact (1984) et Impressing the Czar (1988), on peine à croire, en vérité, que ces deux pièces ont près d’un quart de siècle.
Artifact, avec laquelle le chorégraphe américain inaugurait, à l’âge de 35 ans, sa longue collaboration avec le Ballett Frankfurt, affiche toujours cette insolente fraîcheur qui est la marque des chefs-d’oeuvre.
On y retrouve, déjà sublimées, les grandes lignes de la démarche qui a inscrit William Forsythe au firmament de la danse contemporaine : déconstruire, en convoquant tout un ensemble de moyens – l’apport des théories de Rudolf Laban ; l’amour de la musique
(celle de Bach, en particulier, dont la fameuse Chaconne est ici magnifiée) et du théâtre ; et surtout, une intime, virtuose et éminente compréhension de la danse –, la grammaire du ballet classique, pour mieux ouvrir à celui-ci des perspectives inexplorées. Artifact s’impose comme le manifeste d’un artiste tout à la fois iconoclaste et puriste.
Impressing the Czar, l’une des pièces les plus monumentales (49 danseurs) de son auteur, jouissive parodie du ballet tel qu’on le concevait au XIXe siècle, venait quatre ans plus tard enfoncer le clou. À la fois hilarants et féeriques, planants et frénétiques, étourdissants de virtuosité et de puissance physique et bouleversants d’intelligence scénique, Artifact comme Impressing the Czar laissent bouche bée, tout en imprimant durablement dans la rétine des images d’anthologie : un corps de ballet grisâtre plongé dans la pénombre, s’agitant de concert aux ordres d’une étrange maîtresse de cérémonie en costume d’époque et d’un homme étrangement muni d’un mégaphone, sur la musique pour piano minimaliste d’Eva Crossman-Hecht (Artifact) ; la vente aux enchères des danseurs, suivie de la ronde tribale de 38 écolières déchaînées, à la fin d’Impressing the Czar…

2h15 avec entracte

Théâtre National de Chaillot
1 place du Trocadéro 75116 Paris
01 53 65 30 00



Le vin est innocent, l'ivrogne seul est coupable. Proverbe russe

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0